Symbolique du drapeau Européen

 

Voici un extrait du livre de Danièle Sallenave, dont le titre est : " Dieu.com "

publié aux éditions Gallimard le 26 janvier 2004. "

“l'Europe et le voile de Marie.Tandis que nous discutons gravement pour savoir s'il convient ou non de permettre à l'école le port du foulard islamique, l'Europe s'est voilée. Et même depuis fort longtemps.

Il y a en effet près d'un demi-siècle qu'elle s'est placée sous le voile de Marie, reine des cieux. La question fut soulevée en 1991 par un dossier de la revue de la libre pensée, "La Raison ". Sans grand écho. L'affaire devrait devenir publique au moment où un certain nombre d'Européens commence à s'interroger : comment fera-t-on pour inscrire sur le drapeau de l'union le nombre d'étoiles correspondant au nombre des pays membres, 25 et davantage ? Qu'ils se rassurent, le drapeau ne changera pas.

Déjà présent derrière le président de la république lors de ses allocutions à la télévision à côté du drapeau tricolore, sur nos passeports et les plaques d'immatriculation de nos véhicules, le drapeau bleu et son cercle de 12 étoiles ne sera pas modifié. Et pour cause : ses 12 étoiles ne désignent nullement l'Europe des 12, elle s'inspire directement du symbole marial tel que représenté dans l'imagerie pieuse du XIXe siècle. (La pire époque : celle des encycliques antisociales, de l'infaillibilité pontificale, de l'Immaculée Conception, du Sacré-Coeur de Paris et du syllabus).

Il y a un demi-siècle que ce drapeau a été adopté (1955) par le conseil de l'Europe; son dessinateur est Arsène Heitz, un catholique fervent, qui a révélé tardivement qu'il s'était inspiré de la médaille miraculeuse de la Sainte vierge de la rue du bac, à Paris. À l'époque, après avoir hésité à faire figurer la croix sur la bannière européenne, les responsables du conseil de l'Europe, " catholiques fervents ", s'étaient montrés très enthousiastes du projet.

Ils avaient d'abord renoncé au symbole malencontreux d'un grand E couché sur un fond vert, qui avait fait dire à Robert Schuman qu'on dirait un caleçon qui sèche sur l'herbe. Le drapeau (secrètement marial) fut adopté le 8 décembre 1955, jour de l'Immaculée Conception. " On ne pouvait dévoiler que c'était la médaille miraculeuse ", déclare la veuve d'Arsène Heitz. " Il fallait garder le secret, car il y a des juifs et des protestants en Europe " (article de Gérard Cusin dans La Raison de novembre 2003). Il y a aussi des musulmans en Europe, et aussi des athées… Et aujourd'hui encore quel silence extraordinaire sur cette question !

Bronislaw Geremek se montre particulièrement discret lorsqu'il l'aborde dans un texte paru simultanément en Pologne et en Allemagne au début de 2003, sous le titre " l'Europe à la croisée des chemins ou la religion dans le monde de la politique " (à paraître en français dans la revue études). Pour preuve de la neutralité religieuse du projet, ils se contentent en effet de signaler qu'une " composition à couronne d'étoiles " a supplanté l'emblème de la croix (encore heureux). " Lorsqu'en 1950 il fut question, au conseil de l'Europe, de choisir l'emblème européen et que l'ont soumis un projet dont l'un des éléments était une croix, les différentes convictions alimentèrent une polémique. Cette proposition fut rapidement rejetée au profit de la composition avec la couronne d'étoiles sur fond bleu ". C'est ainsi.

C'est tout. Une couronne d'étoiles, un symbole. Lequel ? Motus. Le site Internet du conseil de l'Europe n'est pas plus bavard : " adopté en 1955 par le conseil de l'Europe, le drapeau européen est devenu l'emblème officiel de la communauté européenne en 1986. Sur un fond d'azur, des étoiles d'or à cinq branches sont disposées en cercle. Elles figurent les peuples d'Europe mais sont au nombre invariable de 12 en signe de perfection et de plénitude. "

Silence, dénégations, mystification…. ”

 

Laisser une réponse

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.